© 2019 par lab N360

Les serres communautaires de Kuujjuaq

 

Jean-Michel Courville

Les serres communautaires non chauffées sont situées légèrement en marge de la ville (du côté sud-ouest) et possèdent chacune une superficie de 133 m² avec une période de culture annuelle allant de la mi-mai à septembre. Elles sont nées de la volonté de résidents d’avoir accès à des aliments frais, de meilleure qualité et plus nutritifs que l’offre présente dans les épiceries. Le projet a été instauré par des résidents non locaux (qallunaat). Au début, aucun membre de la serre n’était Inuit, alors qu’aujourd’hui, on peut compter entre 30 et 40% de membres Inuits. (1)

Ce type d’infrastructure alimentaire communautaire est liée directement à une problématique importante sur le territoire du Nunavik, soit celle de l’insécurité alimentaire. (2) On définit cette problématique comme suit: Situation qui existe lorsque tous les êtres humains n’ont pas, à tout moment, la possibilité physique, sociale et économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires pour mener une vie saine et active. (3) La serre communautaire se situe en réponse à cette problématique où, malgré une échelle relativement modeste (en comparaison aux serres industrielles), on tente d’avoir accès à des fruits et légumes à faible coût.

Les serres sont des infrastructures alimentaires qui ne laissent pas les Inuits indifférents, certains sont pour et certains sont contre leur implantation dans les communautés. Il faut savoir que pour les communautés inuites qui n’ont jamais vraiment pratiqué d’agriculture, les fruits et légumes ne font pas partie de leur culture alimentaire. Ils sont davantage intéressés par des aliments qui appartiennent à leur régime alimentaire traditionnel, par exemple le gibier. L’alimentation traditionnelle joue un rôle très important face à l’identité des communautés inuites. Cependant, avec les changements climatiques, l’accès à ce type d’aliments traditionnels n’est plus ce qu’il était auparavant. Ce faisant, les Inuits se doivent de consommer autre chose et vont opter, dans plusieurs cas, pour des plats préparés.4 L’aspect néfaste sur la santé lié à ce type de nourriture rend leur consommation peut recommandable. Les fruits et légumes ont longtemps été très dispendieux pour les Inuits, mais aujourd’hui avec les programmes subventionnés par le gouvernement, leurs prix ont grandement diminué. Cette accessibilité nouvelle amène à se demander: est-ce que les fruits et légumes vont faire de l’ombre aux aliments traditionnels et par le fait même jouer un rôle néfaste sur l'identité des Inuit du Nunavik?

Lors de notre visite à Kuujjuaq, nous avons eu le privilège d’avoir une rencontre avec le maire du village : Tunu Napartuk. Cette rencontre qui eut lieu dans sa maison nous permit de discuter avec lui d’enjeux, de projets à venir et réalisés ainsi que de problématiques présentes à Kuujjuaq. À ce moment, nous avons effleuré le sujet de la place qu’occupe le modèle de serre au sein de la communauté inuite. Cela nous mena à parler d’un projet de serre industrielle qui devait être construite dans le village, mais qui a finalement été avorté. Le maire nous a mentionné son incompréhension face à ce que ce type d’Infrastructure peut apporter à sa communauté. Cela amène à se poser la question suivante: comment les serres communautaires peuvent être réfléchies pour être davantage adaptées à la culture inuite? Quel deviendrait leur nouveau rôle pour les communautés inuites du Nunavik?

Références

  1. Nutrition and Food Consumption among the Inuits of Nunavik, Nunavik health survey, consulté le 06/04/2018

  2. Food Security, Food and Agricultural Organization (FAO) Nations-Unies, consulté le 06/04/2018

  3. Nutrition and Food Consumption among the Inuits of Nunavik, Nunavik health survey, consulté le 06/04/2018

  4. Soutenir la sécurité alimentaire dans le Grand Nord : projets communautaires d’agriculture sous serre au Nunavik et au Nunavut, Erudit, consulté le 06/04/2018

Autres sources