© 2019 par lab N360

Être une femme à Fermont

Louise Malé-Mole

Impossible de choisir d’emménager à Fermont sans avoir un emploi. Mais si on ne trouve pas de chômeurs à Fermont, on rencontre cependant beaucoup de femmes au foyer. En effet, Arcelor Mittal, propriétaire de l’exploitation minière du Mont Wright et de la majorité des habitations de la ville de Fermont, conditionne implicitement le statut des femmes au sein de la ville et de la cellule familiale. En embauchant 90% d’hommes à la mine, la réalité est que les mineurs attirés par un salaire inégalable ailleurs, sont soit célibataires, soit arrivent avec femme et enfants. On invite des danseuses pour divertir les premiers, on offre une maison tout équipée aux seconds.

 

Cette situation provoque alors un schéma familial peu représentatif de la société contemporaine. À l’heure où la parole des femmes se libère partout dans le monde, à Fermont, la famille typique vit dans une maison de plain-pied, l’homme travaille tandis que la femme s’occupe des enfants. Même si par chance, elle réussit à trouver un emploi peu qualifié, elle n’en reste pas moins dépendante du logement de son mari. Ainsi, il n’y a pas de familles monoparentales à Fermont. Une séparation implique soit une nouvelle mise en ménage, soit un départ de la ville, car seul le nom du mineur employé apparaît sur les documents officiels liés à la location (ou l’achat dans certains rares cas) de la maison.

 

Cette situation, décrite également par le Conseil du statut de la femme du gouvernement québécois (1), établit clairement les limites de la gestion du logement dans les “company-town” où l’immobilier est soumis à la volonté d’une entreprise, en impactant directement sur les libertés et choix de vie des habitants. Comment proposer une alternative aux femmes seules que celle de quitter Fermont, et d’éloigner des enfants de leur lieu de scolarité ? Parmi les solutions à envisager, une structure d’accueil, une maison pour femmes n’aurait-elle pas toute sa place à Fermont ?

Références

  1. Les femmes et le Plan Nord : pour un développement nordique égalitaire- page consultée en avril 2018