© 2019 par lab N360

Stratégies d’adaptation nordique : vêtements inuits.

Catherine Dubois

Les nombreux détails de ce manteau de portage assurent la plus grande efficacité ainsi que le plus grand des conforts à l’enfant et sa mère. Une corde colorée et tressée permet à la mère de bien ajuster ce manteau sans fermeture éclaire et assure la stabilité de l’enfant dans le dos de celle-ci.(3) Une autre corde colorée et tressée au niveau de l’ample capuchon permet à la mère de bien placer celui-ci sur l’enfant et d’ainsi assurer la protection du bambin aux froids et aux vents arctiques.(4)  L’ornementation au-devant du manteau est directement liée à la culture et à la tradition inuite et est remplie de symbolique avec leur motif coloré et géométrique esthétiquement et graphiquement très riches.(3) L’ampleur de la poche “capuchon” du manteau permet à la mère de passer l’enfant à l’avant pour l'allaiter au chaud ou encore faire ses besoins sans que l’enfant soit exposé au climat.(3) Encore utilisé aujourd’hui, l’Amauti est un exemple exceptionnel de design nordique. Riche culturellement, fonctionnellement et esthétiquement, il démontre une stratégie d’adaptation nordique traditionnelle qui a su survivre à la sédentarisation et qui démontre encore aujourd’hui l’ingéniosité et l’efficacité des peuples du nord à s’adapter à leur environnement difficile.

Au cours de leur histoire, les Inuits durent développer des stratégies d’adaptation aux difficiles climats nordiques des régions qu’ils occupent. La grande connaissance et le grand respect de ces peuples envers leur environnement ainsi que les différents animaux qui y vivent leur permit de survivre en usant ingénieusement de chacune des ressources qui étaient mises à leur disposition sur le vaste territoire qu’ils occupaient (1). De ces nombreuses stratégies d’adaptation qu’ils développèrent et qu’ils transmirent de génération en génération, les vêtements inuits sont un bon exemple de design nordique adapté et respectueux de l’environnement au climat ardu que ces peuples doivent affronter quotidiennement. Depuis leur sédentarisation au 20e siècle, plusieurs stratégies d’adaptation des milieux de vie nordiques qu’avaient développées leurs ancêtres ont disparues.(2) Par contre, certaines d’entre elles, dont plusieurs liées aux vêtements inuits, sont restées et continue aujourd’hui de faire partie de la réalité des villages inuits. Bien sûr, ces stratégies ont évolué et se sont approprié certains matériaux qui étaient, avant, inaccessibles sur les territoires qu’occupent les Inuits. La tradition inuite continue tout de même à se transmettre et à survivre à travers ces fragments de la culture qui permettent, encore aujourd’hui, aux peuples du nord de survivre aux difficiles climats dans lesquels ils vivent.

Les vêtements inuits sont encore de nos jours partie intégrante de la culture inuite et ils sont un excellent exemple de design nordique conçu par ces peuples du nord, qui doivent survivre à bon nombre d’hivers difficiles et de conditions ardues. Ces vêtements d’hiver, qui définissent l’une des réalités contemporaines de Kuujjuaq et d’autres villages inuits, regorgent d’ingéniosité, de détails et de finesse. Perfectionné aux fils du temps et des changements que vécurent ces peuples, ce grand morceau de la culture semble démontrer la richesse des stratégies d’adaptation nordique de ces peuples. Parmi les nombreuses pièces de vêtements adaptées, l’une se démarque particulièrement, autant pour son côté pratique et son niveau d’adaptation que pour ses qualités esthétiques. L’Amauti est un manteau traditionnel pour les femmes. Ayant une symbolique forte dans la culture inuite et accompagnant la fille Inuk de son plus jeune âge jusqu’à sa fin de vie, l’Amauti rappelle l’important rôle de mère des femmes inuites dans leur culture.(3)  L’Amauti pour les mères inuites permet de porter l’enfant jusqu’à l’âge de deux ans. Placé à l’intérieur du manteau, contre le dos de sa mère et à l’abri du froid, l’enfant inuit est, dans cet ingénieux manteau, protégé des conditions climatiques difficiles des régions arctiques, et ce sans être obligé de porter des vêtements d’extérieur encombrant. Bien que l’Amauti soit traditionnellement réservé au femme, nous avons pu apercevoir des hommes qui le portait lors de notre passage à Kuujjuaq. Bambin au dos, tel la femme traditionnelle, l’homme contemporain utilisait cette stratégie nordique pour protéger son enfant et lui-même du froid. Cette petite action, d’un homme qui porte l’Amauti et un bambin démontre pourtant un grand changement culturel et nous aide à comprendre que la culture inuite est présentement en transformation, mais que certains éléments traditionnelles, comme l’Amauti, suivent et s’adaptent aux changements.