© 2019 par lab N360

Stationnement

 

Hai Son Cao

Les déplacements par véhicule motorisé sont indispensables dans la vie quotidienne des habitants du Grand Nord et particulièrement durant la saison hivernale. Les véhicules les plus utilisés sont sans aucun doute la voiture et la motoneige. Une question se pose: Comment les gens organisent-ils leurs emplacements de stationnement durant l’hiver? Nous avons observé comment ces pratiques sont bien différentes dans les trois villes : Fermont, Schefferville et Kuujjuaq.

À Fermont, les stationnements qui desservent le Mur sont regroupés au sous-sol. Tandis que ceux des venelles sont situés dans un grand hangar à l’extrémité du long bâtiment que forment les maisons en bande (entre 6 et 10 logements). Chaque venelle a droit à une place par famille. Les maisons individuelles, quant à elles, possèdent un garage fermé avec la plupart du temps un abri tempo à l’avant, les voitures y étant bien à l’abri du vent et de la neige.

Par contre, il n’existe quasiment pas de garage fermé et d’abris tempo dans les deux autres villes.  À Schefferville, dans les quartiers de la réserve Matimekush, les véhicules se garent librement devant la maison, l’emplacement pour la voiture est très aléatoire. Les véhicules se placent sur le terrain souvent couvert par un peu moins d’un mètre de neige. À Kuujjuaq, par contre, l’espace devant et ceux sur les deux côtés de la maison sont bien déneigés, facilitant le stationnement des véhicules. Les voitures se garent à un côté où se trouve l’entrée de la maison.

Comment pourrait-on expliquer ces différences ? D’abord, par la neige - premier élément important agissant sur la gestion du stationnement. Le tableau de prévision de chutes de neige nous montre que plus on monte vers le nord, moins il y a de neige dans les mois d’hiver. La forte accumulation de neige à Fermont oblige des gens à mettre leurs véhicules sous abris.

Tableau comparatif des chutes de neige - Météomédia

Le deuxième élément semble être le mode de vie. Les habitants de Fermont travaillent principalement pour faire marcher la mine, le rythme de vie dans une ville industrielle exige des pratiques vites et efficaces (par exemple : déneiger, faire entrer et sortir les véhicules).  Pendant qu’à Schefferville, le nombre d’habitants travaillant dans l’industrie minière est beaucoup moins important, surtout dans la communauté innue. De plus, depuis toujours chez les Innus et les Inuits, le mode de vie se rapproche beaucoup de la nature et de la liberté, cela découlant du mode de vie nomade qu’ils ont longtemps pratiqué. Ce faisant, le fait de laisser les voitures, comme les chiens de traîneau, librement sur leur terrain n’a rien d’anormal.

À Kuujjuaq, nous avons remarqué que les stationnements privés sont déneigés par le service de déneigement de la ville. En effet, pour livrer l’eau potable et vider les eaux usées, les camions-citernes municipaux doivent avoir l’accès aux vannes de raccordement se situant à côté ou à l’arrière de bâtiment. Pour faciliter les manœuvres du camion-citerne, l'accès et les espaces aux côtés du bâtiment d’habitation est toujours assez large et déneigé.

Étonnamment, nous observons que le stationnement pour la voiture et en hiver à Kuujjuaq est beaucoup plus facile qu'à Montréal. Là-bas, dans les mois de décembre à mars, les chutes de neige et l'humidité sont plus faibles qu'à Montréal tandis que les chutes de pluie sont pratiquement inexistantes. (1) La neige ne fond pas, elle reste ainsi «sèche» et rend plus facile l'entretien des espaces de stationnement.

Références

  1. Statistique Météo sur le site Méteomédia , Météo média, consulté le 17/04/2018

  2. Statistique Météo sur le site Méteomédia , Météo média, consulté le 17/04/2018